Décès de Gon Coulibaly, les alliances interethniques dédramatisent le deuil

. Il existe une alliance entre le peuple Senoufo, occupant du nord de la Côte d’Ivoire, et le peuple Gouro de l’ouest du pays. Dans cette période difficile pour les senoufos, leurs alliés les Gouros ne lâchent pas l’affaire.
1
305
dècès de Gon Coulibaly, et alliances interethniques

Le décès de Gon Coulibaly, Premier ministre a été reçu comme un coup de massue par les ivoiriens. Mais 24 heures après, revenus de leur choque, les ivoiriens via l’alliance inter-ethnique essaient de soulager leur douleur.

« Le sauvage senoufo Amadou Gon Coulibaly est mort hier. Tant mieux une odeur senoufo en moins au village. Tous  dans le campement de Korhogo. Il y a bon tonnerre là-bas ». Cet humour caustique, est de  l’internaute Baltazar Touvoly. Elle a été publiée le 9 juillet dans le groupe  village interethnique   sur le réseau social Facebook. Dans le même groupe, et à la même date, Didi Samboua postait des écrits du même style. «Nous les Gouros voulons jeter le corps de cet esclave de senoufo appelé GON dans la lagune. Mais les guérés veulent le corps. Nous sommes en pleine négociation».

A  la première lecture, l’on pourrait penser à un manque de respect envers le chef du gouvernement ivoirien, il n’en est rien. Il s’agit plutôt de jeux d’alliances interethniques. Il existe une alliance entre le peuple Senoufo, occupant du nord de la Côte d’Ivoire, et le peuple Gouro de l’ouest du pays. Dans cette période difficile pour les senoufos, leurs alliés les Gouros ne lâchent pas l’affaire. Les alliances interethniques ont toujours existé en Côte d’Ivoire. Les différents ethnies selon l’alliance qui les unie se chahutent régulièrement. Et ce aussi bien dans  bonheur que le malheur. Malgré la peine, le décès de Gon Coulibaly reste une occasion pour les alliés de se titiller.

Toujours Dans le groupe Facebook  village d’alliances inter-ethniques de Côte d’Ivoire, Ines Petula Blé originaire de l’ouest du pays publie le 10 juillet. « Nous les femmes bété, les plus grandes pleureuses de la Côte d’Ivoire. Nous offrons trois convois de pleureuses et danseuses internationales au peuple senoufo pour le tonnerre. Ne nous remerciez pas, c’est la famille. J’ai déjà commencé mon entrainement »

 Décès de Gon Coulibaly, les gouros charrient les senoufos

Dans un autre groupe Observatoire Démocratique de Côte d’Ivoire (Odci) relais, l’alliance inter-ethnique est au rendez-vous. L’internaute Arnaud Endurand Bakpa, baoulé originaire du centre du pays affirme : « j’ai vérifié mon arbre généalogique, on y trouve des gouros. Depuis Zuenoula et Diegonefla, nous allons organiser les cortèges pour verrouiller Korhogo. On va voir où vous allez passer avec ce senoufo ». Un autre ressortissant du centre Yves arnaurd publie dans le même groupe. « Pour les obsèques du lion,  nous digne  peuple Baoulé offrons 500 agnis, 68 jeunes filles Abrons, 90 casiers de valpierre, 50 kita et 42 chaines royales.  Eudoxie Yao est négociable ». Ce dernier ne manque de réconforter en langue baoulé les autres membres du groupe. Dri Mickael, certainement Lobi,  natif de l’est du pays, peuple reconnu pour la consommation de la viande de chien  s’exprime « les lobis offrent 30 têtes de chiens et 20 barriques de Tchapalo ». Ali Traore appuie avec cette publication. « Il n’y aura plus de chien dans les rues de korhogo (communique lobi) ».

A lire aussi: Amadou Gon Coulibaly, Premier Ministre Ivoirien est décédé

Un autre internaute, sous le pseudonyme Destin Favorable  a  mis en place le comité d’organisation des funérailles du Premier Ministre dans le village interethnique. Il nomme ainsi les commissions : Aux finances, les Agnis, réputés pour leur avarice. Les N’zima sont annoncés au protocole. Il prévoit même un comité d’animation-pleure auquel il affecte les peuples Bete ,Gouro et  wê. Les lobis sont chargés de fournir la viande de chien. A la cambuse, il affecte les baoulés. L’internaute précise  que la liste n’est pas exhaustive et que «vos propositions sont attendues et les bienvenus.» Même dans la douleur les ivoiriens savent s’amuser. Adieu le Lion !

Raissa Yao

 

1 comment

Leave a reply