Guitry: La population se soulève contre des bouviers suite au passage à tabac du chef central des Didas

Pour les jeunes de la ville, trop s'en est trop. Car c'est la deuxième fois que cela arrive. Si la première a été passée sous silence, cette fois, ils étaient bien décidés à laver cet affront et exigent le départ du Président des éleveurs.
2
89

Le mardi 16 juillet, aux environs de 19h, la ville de Guitry située dans la région du Lôh-Djiboua était sur le pied de guerre. Le passage à tabac du chef central des Didas (peuple autochtone) par des bouviers était à la base de ces remous.

Selon des témoignages concordants, des bœufs ont envahi le champ du chef centrale, Kéké Felix. En cette période où la pluie se fait rare, le chef aurait demandé aux bouviers conduisant les bœufs de s’éloigner du champ car les bêtes pourraient détruire ses cultures. Ignorant sans doute tout du statut, de chef, de leur interlocuteur, les bouviers se sont jetés sur le chef Kéké Felix en le rouant de coups. Le fils du Chef n’échappera pas non plus à ce passage à tabac.

C’est donc dans un mauvais état que le Chef sera conduit à l’hôpital général de Guitry pour des soins intensifs.

Guitry : œil pour œil dent pour dent

Pour les jeunes de la ville, trop s’en est trop. Car c’est la deuxième fois que cela arrive. Si la première a été passée sous silence, cette fois, ils étaient bien décidés à laver cet affront. Selon des témoins, Armés de machettes et de gourdins, ils ont tué près de 10 bœufs, saccagé les enclos et mis le feu à la maison des bouviers.

Les bœufs ont été ramenés sur la place publique (devant la sous-préfecture) pour être brûlés.

Le bilan de ce 16 juillet est donc deux blessés (le chef central et son fils), le domicile des bouviers incendié, les enclos brûlés et environ 10 bœufs tués.

Guitry : manifestation et médiation

Au lendemain de ces événements malheureux, les jeunes de Guitry ont décidé de marcher toute la journée du 17 juillet. Aucun vendeur de viande n’a été autorisé à vendre ce jour au marché de Guitry.

Crédit photos : Mathyas KOUADIO

A la suite de ces faits, la Sous-préfecture a joué la carte de l’apaisement en organisant une médiation. Selon le Notable Kouassi Kan, Président de la jeunesse autochtone (ASSOUKOU-GBADJE) et Président du comité de lotissement de la commune de Guitry, le Sous-Préfet a convoqué les différentes parties (notables et sages du village, représentants des bouviers de la CEDEAO) et les jeunes). Il a pris note des préoccupations des différentes parties et calmer les esprits.

La Députée Maire de Guitry PatrIcia YAO pour sa part n’a cessé de plaider afin que la situation ne dégénère pas comme à Béoumi.

Les jeunes pour leur part avaient exigé le départ du président des éleveurs, dénommé Checkna jugé trop imbus de sa personne, et qui a réussi à mettre dans sa poche les autorités.

Mathyas KOUADIO

2 comments

Leave a reply